Made in France :<br>Cuvée 2015

Made in France :
Cuvée 2015

Plusieurs centaines de sorties, presque autant d’heures d’écoute, difficile de résumer une année française en quelques lignes. Une école qui, depuis longtemps, puise sa force dans la pluralité, l’originalité et la créativité, à l’image du cinéma qu’elle sert. En 2015, il y en aura donc eu pour tous les goûts, de l’électro froide de Gesaffelstein aux chaudes mélodies d’Armand Amar, un fossé mais un dénominateur commun, le talent. Des tréfonds de notre mémoire, les bandes originales qui nous auront transportées ces douze derniers mois.  

Il est d’usage de débuter toutes réjouissances par l’accueil des nouveaux venus. Cette année, de nombreux talents s’essayaient pour la première fois (ou presque) sur un long-métrage. Parmi les très belles réussites, Valentin Hadjadj à la baguette de l’ambitieux dessin animé Avril et le Monde Truqué. Une partition parfaitement maitrisée, en harmonie avec un monde mécanique encrassé dans l’ère du charbon. Autre découverte, dans l’animation toujours, Pablo Pico et l’excellente bande originale d’Adama, voyage initiatique au rythme de l’Afrique, des percussions et de la flûte d’Abdou, griot sage et fou. Côté célébrité, belle première à l’italienne pour Vincent Delerm avec La Vie très privée de Monsieur Sim. Un brin plus torturé et nettement plus électro, le viscéral score de Gesaffelstein pour Maryland, long métrage d’Alice Winocour.

Cette fraîche électro

L’électro, un intarissable puits de créativité qui accouche cette année encore de quelques bijoux. Le superbe Marguerite et Julien de Yuksek, accompagne avec brio un amour impossible, le lumineux Summer signé JB Dunckel ou encore le contemplatif Lamb de Chassol, qui magnifie l’amitié d’un jeune Ethiopien avec sa brebis. Trois grandes musiques de films. Sur le tard, nous avons pleinement profité de l’édition Music Box Records des Enragés de Laurent Eyquem et d’un Opening Credits bien burné.

Dans les compositions particulièrement remarquées, impossible de faire l’impasse sur les travaux de Cyrille Aufort et Armand Amar. Le premier avait démarré l’année en trombe en signant l’emballant Un Homme idéal, il la clôture d’aussi belle manière avec La Glace et le ciel, dernier voyage de Luc Jacquet, sur les traces du glaciologue Claude Lorius. Armand Amar s’illustre lui aussi avec brio dans les grands espaces : sur Human, terrain de jeu idéal pour son éclectisme musical mais aussi sur Belle et Sébastien : L’aventure continue, où sa poésie fait des merveilles, réussissant encore une fois l’équilibre parfait entre hommage et liberté, citation et création.

Jean-Claude Petit et Philippe Sarde de retour

Côté abonnés, c’est sans surprise que nous retrouvons dans nos coups de cœur 2015, les inspirés Alexandre Desplat (The Imitation Game), Bruno Coulais (Mune, le gardien de la lune) et Eric Neveux (La dernière Leçon). Côté retour, Jean-Claude Petit se distingue avec Premiers crus et Philippe Sarde s’amourache tout en délicatesse sur Les Deux amis.

La délicatesse, un trait qui semble coller à la peau d’En Équilibre, une composition de Jérôme Lemonnier qui continue ici sa prolifique collaboration avec Denis Dercourt. À fleur de peau aussi, le thème de La résistance de l’air composé par les frères Galperine et la composition de Nos Futurs du talentueux Pierre Adenot, compositeur récompensé très justement du grand prix Sacem.

De l'amour, de l'amour, de l'amour

Pour la romance, La Belle Saison de Grégoire Hetzel répond avec brio et mélancolie aux chaudes étreintes du duo Cécile de France-Izïa Higelin. De l’amour toujours, avec Papa ou Maman, bande originale de Jérôme Rebotier et Toute première fois signé Mathieu Lamboley. Laurent Aknin se promène au plaisir dans L’étudiante et Monsieur Henri avec un fil conducteur tout en variations.

Les plus téméraires auront eu aussi leur dose d’aventures et de voyages. À la baguette de Pourquoi j’ai pas mangé mon Père, Laurent Perez del Mar propose une partition épique et emballée (La montagne Blanche nous a trotté dans la tête pendant de longues semaines). Marc Chouarain & Michel Ochowiak se baladent en Ukraine avec Cerise quand Erwann Kermorvant nous entraine dans un précipice sans fond, oppressant et angoissant, L’enquête.

Cet article et la playlist qui suit reviennent en toute subjectivité sur les coups de cœur de l’année. Nous n’avons pas tout entendu, encore moins tout vu. Vous noterez également que nous ne parlons pas de Mustang ni d’En Mai fais ce qu’il te plaît, deux bandes originales que vous retrouverez peut-être (suspense !!) dans notre bilan « Monde ».

Si vous ne pouvez pas profiter pleinement de notre playlist, rien de plus simple, connectez-vous ou inscrivez-vous gratuitement sur www.deezer.fr. Magique !