Critiques

Solo
Rendez-vous
enterrainconnu


3,5
Par Hubert Charrier 20/09/2018

Le changement de réalisateur et les soucis habituels de production n’auront pas eu raison, cette fois-ci, du compositeur. Probablement échaudé par les déboires de Rogue One et le bouclage éclair du score, en trois petites semaines, Disney décidait sagement de conserver John Powell pour Solo, malgré l’éviction de Phil Lord et Chris Miller. Avec en moteur un thème tout spécialement concocté par Williams, le britannique nous revient en père peinard, sûr de son art, enjoué et bavard, à l’aise dans les charentaises du vieux maître.

Les apparences sont trompeuses, John Powell n’a pas dormi ces derniers mois, il était juste accaparé par l’enregistrement d’Hubris, album tout à fait personnel regroupant deux Requiem et une pièce intrigante, The Prize is still mine. Qu’importe, pour le béophile tatillon et souvent borné, après Ferdinand en premier tour de chauffe, Solo: A Star Wars Story marque véritablement le retour aux affaires du compositeur. Et aussi excitant soit-il, le challenge n’est pas mince : exister malgré le poids de l’héritage musical de la célèbre saga. Il y a un peu plus d’un an, un certain Michael Giacchino s’y cassait les dents.

Un atout dans la poche

Comme le confiait Powell à Billboard, la présence de John Williams, loin d’annihiler sa créativité, l’a plutôt soulagé d’un véritable poids. « J’ai réalisé que si j’avais cet ADN, je n’avais plus seulement celui du passé, mais aussi celui du présent et de quoi m’appuyer pour le futur. » Phare de ce nouveau chapitre, The Adventures of Han, écrit donc pour l’occasion par notre vaillant octogénaire, se dresse en ouverture pour mieux guider la baguette du padawan. Un thème puissant et enlevé, portant toute la fougue du plus célèbre contrebandier de l’espace et nous propulsant dès les premières secondes vers une course effrénée.

Sans tarder, dès la deuxième piste, cette nouvelle thématique se fond dans l’univers marqué de Powell, forgé, entre autres, par un travail percussif tout à fait identifiable et récurrent chez lui (How To Train Your Dragon, Pan ou encore la trilogie Jason Bourne). Une empreinte ici très prégnante, voire éreintante, qui n’empêche pourtant pas le compositeur de déployer son lyrisme habituel, en balance, comme le résume très justement Flying with Chewie, entre action et contemplation. Dilué judicieusement, le précieux “ADN” de la saga, ressurgit parfois nettement, pour d’ailleurs quelques-uns des meilleurs morceaux de l’album, du romantique Lando’s Closet aux excellents The Mine Mission et Break Out, où la présence musclée des cuivres appelle évidemment le space opera de notre enfance.

Plus frontalement, le musicien y va même de son petit medley, franchement réussi et réjouissant, Reminiscence Therapy. Impossible de ne pas évoquer aussi Chicken in the Pot, loufoquerie au doux parfum de Première Consultation et autres sucreries californiennes des années 90. Avec Solo: A Star Wars Story, Powell s’approprie le riche héritage de son ainé et signe un roller coaster enlevé et de premier ordre. Certes, la finesse n’est pas toujours de mise, mais entre deux pop-corns et une gorgée de soda, que demande le peuple.

Solo: A Star Wars Story, bande originale de John Powell, à retrouver en physique chez Walt Disney Records.